Bien le bio-jour tout le monde !

Vous allez bien ? Ces temps, je me fais des séances introspection et rétrospection.

Dernièrement, je pensais à mon adolescence. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, c’est sûrement la période de ma vie la plus pénible jusqu’à présent (on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, alors prudence !). Les hormones, être mal dans sa peau, se poser des questions sur son avenir, ne pas supporter le regard des autres, se chercher, se perdre, avoir du mal à trouver sa place…Une période que je n’aimerais pas revivre.

Et du point de vue de la peau….waouh, j’ai bien morflé ! Imperfections, peau grasse, grain irrégulier…J’ai tellement envié les filles qui avaient une peau de bébé. Je n’ai jamais pris de traitements, mais qu’est-ce que j’ai pu me triturer…

Pour vous faire sourire un peu et peut-être aider pour ceux qui vivent l’adolescence maintenant, j’ai recensé toutes mes bêtises d’ado en termes de beauté et ces horribles habitudes que j’avais ! Oui, je croyais tout savoir…Malheur ! Voici mon top 5 des choses que j’aurai aimé savoir en beauté pour me sentir mieux dans ma peau (c’est le cas de le dire)!

 

Résultat de recherche d'images pour "adolescent dessin beauté"

 

Purifier n’est pas agresser !

Marketing, quand tu nous tiens…Pendant toute mon adolescence, la pub m’a fait assimiler une peau grasse à imperfections à une peau qu’on devait un peu malmener pour avoir ce que l’on voulait. Purifier, purifier…Le maître mot ! Sauf que c’est comme tout, il y a purifier…et purifier. Je n’avais pas conscience que trop solliciter sa peau avec des produits dits de choc pouvait produire l’inverse de ce que j’espérais. Gommage tous les jours (sic), lotion décapante, savon…Je l’ai torturé, et plus je le faisais, moins je comprenais pourquoi cela ne se passait pas comme je voulais. C’est un peu normal que ma peau ait été vache…

Ce que j’aurai aimé qu’on me dise : De la mesure, du sur-mesure et de la patience ! La peau est un organe réactif, il faut comprendre son mécanisme. Trop « attaquer » la peau peut conduire à une surréaction de celle-ci : inflammations, rougeurs, déséquilibres. Comme souvent, on se méfie des excès. Et quand on ne gère plus rien, on s’adresse à des gens qui savent !

 

Se démaquiller chaque soir, pas d’impasse !

Ça arrive bien une fois dans sa vie de ne pas se démaquiller. Quand ça un caractère exceptionnel, on ne va pas dire que c’est une bonne idée, mais ça se gère. Moi, j’étais la spécialiste du démaquillage manquant, ou mal fait. Je trouvais même que de ne pas bien se démaquiller les yeux faisait gagner du temps le matin (l’actuelle moi donne de petites claques sur la tête de l’ancienne moi en écrivant ces lignes). C’est même un miracle que je n’ai pas fait plus d’infection et tout le bazar. Aucune excuse, à part une énorme flemme ! Les temps ont bien changé heureusement…

Ce que j’aurai aimé qu’on me dise : si tu n’es pas capable de te démaquiller, ne passe pas par la casse maquillage ! Le geste est super important avant d’aller se coucher, c’est juste de l’hygiène et du bon sens, la peau en a besoin, les yeux… Si on veut aller vite, on peut se contenter de lingettes (ce n’est pas écologique mais si c’est le seul moyen pour faire le job…). Il n’y a vraiment aucune excuse !

 

pre ado

Hydrater n’est pas graisser !

Un grand classique ! On craint qu’une crème vienne aggraver la situation, que ça bouche les pores, blablabla. Pendant mon adolescence, j’ai fait très souvent l’impasse sur la crème hydratante, je n’en voyais pas l’intérêt et surtout j’avais peur d’avoir la peau encore plus grasse. Avec du recul, je pense que je souffrais aussi de déshydratation. J’ignore d’où venait ce mythe, que j’ai entendu aussi dans la bouche de mes copines. Je pense qu’on devait essayer les crèmes de nos mères, pas du tout adaptées à nos besoins, et cela devait donner de la brillance, plus d’imperfections aussi…D’où l’amalgame !

Ce que j’aurai aimé qu’on me dise : l’hydratation est un élément de vie de la peau ! Aucune peau ne peut se passer d’hydratation, il faut simplement utiliser un produit adapté à son type. Une peau hydratée résistera mieux au temps, à la fatigue, aux conditions climatiques… Pour ma peau, j’aurai dû utiliser un gel, ou une huile adaptée, ou une crème légère. Ma peau n’aurait pas été plus grasse avec !

 

Le maquillage a une date de péremption !

Vous le saviez, vous ? Personnellement, je n’en avais aucune idée…avant un petit incident ! Veille de Noël, je retrouve au fond de mon tiroir un vieux crayon d’un joli violet (qui appartenait à ma mère avant moi, oui, il y a du dossier…). Toute fière, j’applique la bête, je passe la soirée sans souci, je me couche démaquillée (pour une fois)…Et je me suis réveillée avec les paupières collées par une conjonctivite, la plus belle de ma vie ! Elle a duré 3 longs jours, aucun maquillage n’était possible et j’ai passé les fêtes de famille avec les yeux bouffis au plus haut degré !

Ce que j’aurai aimé qu’on me dise : tu jettes tout ce qui date ! Le maquillage (comme les produits cosmétiques) a une date de péremption et il est important de faire régulièrement le tri dans ses produits et de jeter ce qui est particulièrement sensible, comme les produits en contact avec les muqueuses des yeux ou de la bouche.

 

pre ado

 

La crème solaire n’empêche pas de bronzer !

L’été arrivant, j’ai longtemps aimé faire la grillade sur la plage et j’avais la crème solaire en horreur, j’essayais toujours de passer entre les gouttes. Mes parents n’en pouvaient plus ! Pour impressionner les copines, il fallait revenir bronzée des vacances et je croyais dur comme fer que la crème ne me permettrait de prendre aucune couleur. Bon, j’ai vite changé d’avis après m’être endormie au soleil et avoir pris le pire coup de soleil de ma vie, vous savez, celui qui fait mal en dormant ?

Ce que j’aurai aimé savoir : la crème solaire n’empêche pas le bronzage, elle filtre juste ce qui ne doit pas passer sur la peau, à condition qu’on en mette assez ! J’aurai aussi aimé comprendre que c’était une question de santé, que c’était aussi un moyen de préserver son capital soleil et de ne pas faire vieillir prématurément sa peau. Faire la grillade sans protection, c’est fini ! Les cancers de la peau sont en augmentation et tout se joue à l’enfance et à l’adolescence !

 

Pour finir l’article en beauté, quelques autres petits funny facts :

  • Je croyais que les crayons correcteurs faisaient des boutons (eux non, mais les appliquer sur un bouton trop mûr peut propager allègrement les germes)
  • Je me maquillais dans la voiture de ma mère, j’en avais fait ma table à maquillage, ça la rendait folle !
  • J’ai eu ma période sans mascara. Ombres à paupières, crayon, je faisais la totale, mais je zappais le mascara. Je ne me souviens plus du tout pourquoi !
  • Je faisais une surconsommation de patchs désincrustants. Sauf que 3 fois par semaine, il n’y a plus grand chose à désincruster !
  • J’ai commencé à me maquiller à 13 ans. C’était léger ! Mais je n’assumais pas, alors quand on me demandait si j’avais mis quelque chose sur mes yeux, je répondais que c’était sûrement un reflet de mes lunettes !

 


On apprend à tout âge et c’est normal de ne pas tout savoir ! N’empêche que je me sens bien mieux à 33 ans et je sais mieux m’occuper de ma peau. Vous savez que le bio m’aide considérablement. Et heureusement, la peau aussi évolue ! Bref, mal vivre son adolescence ne veut surtout pas dire qu’on ne prendra pas sa revanche en étant adulte !

Et vous, quelles sont les astuces beauté que vous auriez aimé connaître en étant ado ? Qu’est-ce que vous faisiez de bien ou l’inverse ? Partagez vos petites histoires, vos pépites autour de votre beauté d’ado en commentaire, je les lirai avec un grand plaisir !

En attendant, je vous souhaite une super soirée et je vous dis à bientôt pour d’autres actus bio et naturelles !

Logo2

Publicités