Bien le bio-jour tout le monde !

Comment allez-vous par ces temps ? Et cette alternance de pluies et de beau temps ?

Sortons du bulletin météo, ce n’est pas le thème de l’article du jour…même si on pourrait y voir comme un lien. Depuis que je travaille à la maison, je suis en train de changer pas mal de choses de ma routine beauté, je l’allège globalement.

Après avoir beaucoup lu sur le zéro déchet, mais aussi un peu lassée par le prix de certains déodorants bio, je me suis penchée sur la réalisation d’un déodorant maison, naturel et presque 100% bio. Si je n’avais jamais osé me risquer avant, c’est clairement par crainte d’une mauvaise efficacité qui aurait indisposé les gens autour de moi. Etant seule pratiquement toute la journée (Monsieur a son travail à l’extérieur de la maison), je me suis dit que c’était le moment ou jamais de me lancer !

 

Une recette sur le thème du « je fais avec ce que j’ai » !

L’idée de la recette à confectionner m’est venue rapidement en regardant l’état de mes placards. A la maison, on cuisine beaucoup, on est fans des huiles essentielles et on a pas mal d’ingrédients de base. Rapidement, mon choix s’est porté sur l‘huile de coco comme matière première à la composition de mon déodorant. Je sais que c’est un matériel très fréquent pour ce genre de produit et que l’huile de coco a des propriétés très intéressantes sur la transpiration.

coconut-1501334_1280

J’ai fait quelques recherches, je savais que je voulais utiliser du bicarbonate de soude en complément car je transpire pas mal et j’ai besoin de quelque chose d’efficace. Je suis tombée sur la recette du blog labullebio.com, qui semblait simple et surtout qui nécessitait des produits que j’avais sous la main, une vraie recette de placard ! Merci au blog @labullebio pour cette recette !

C’est une recette naturelle, et dans mon cas bio, même si certains ingrédients ne le sont pas (mais je fais comme les marques, puisque au moins 10% des ingrédients utilisés sont bio, je peux revendiquer la mention bio :p).

Pour composer ce déodorant, la recette nous dit (pour 50 ml de produit) :

  • 3 cuillères d’huile de coco
  • 2 cuillères à café de bicarbonate de soude
  • 1 cuillère à café de fécule de maïs ou autre épaississant
  • 1 à 2 gouttes d’une huile essentielle de son choix (ou pas, si l’on préfère)

 

Le déroulé de la préparation

Cette recette est très simple et je l’ai faite en 4 grandes étapes, comme conseillé :

  • 1. J’ai commencé par laisser mon huile de coco bio se liquéfier (on était en hiver et l’huile de coco est solide quand la température ne dépasse pas les 20 degrés). Pour cela, je ne fais pas de bain-marie, je me contente de déposer mon bocal ou mon flacon d’huile de coco dans une soucoupe que je place sur un radiateur (en hiver, c’est plus simple, il y a forcément une source de chaleur, comme ça d’une pierre deux coups)
  • 2. J’ai prélevé 3 cuillères à soupe de l’huile liquide obtenue par réchauffement à laquelle j’ai ajouté des cuillères de bicarbonate de soude (j’en ai trop mis d’ailleurs, plus que ce que la recette de départ recommandait…) et une cuillère à café de fécule de maïs. J’ai mélangé au fouet pour avoir une préparation lisse.
  • 3. J’ai ajouté 3 gouttes d’huile d’essentielle de lavande vraie bio, une huile qui a des propriétés anti-bactériennes et régulatrices et qui sent bon dans la durée !
  • 4. J’ai placé mon mélange encore liquide dans un pot en plastique recyclable propre et j’ai laissé le produit figer à température ambiante. En même pas une heure, vu le froid polaire dehors, il était prêt à fermer !

coconut-oil-on-wooden-spoon-2090575_1280

 

Déodorant coco, mode d’emploi !

Une fois le déodorant figé, à quoi s’attendre ?

  • Le déodorant avait un bel aspect, lisse et homogène, il sentait très bon ! La coco et la lavande sont des odeurs qui marchent plutôt bien ensemble à mon goût.
  • Comme le déodorant était en pot, je me suis vite posée la question du prélèvement. En effet, mieux vaut éviter de mettre les doigts dans un produit maison, pour ne pas le contaminer. J’ai utilisé une toute petite cuillère, qui m’a permis de prélever la bonne quantité tous les jours. L’huile de coco a la même consistance que le beurre, ferme mais pas dur, et cela fond au contact de la chaleur de la peau.
  • Je prélevais une petite cuillère à café pour deux aisselles. J’avais lu que le bicarbonate pouvait être irritant si on frottait énergiquement les aisselles avec (ce que j’ai négligé au départ…), j’ai petit à petit pris l’habitude de faire fondre la cuillère entre mes doigts pour appliquer gentiment le déodorant plus « mou »
  • Le pot m’a tenu 2 mois au moins, il en faut peu. Plus le pot se vidait et plus la texture devenait granuleuse, je pense que le bicarbonate finit par se concentrer au fond. En tout cas, j’ai eu l’impression d’un produit plus rugueux à la fin qu’au début, mais c’est peut-être totalement subjectif !

coconut-oil-2471540_1280.jpg

 

Bilan des courses : j’en pense quoi de mon déodorant naturel maison ?

Vous me connaissez, j’ai un esprit de testeuse et j’aime parler des avantages et des inconvénients des produits. C’est donc objectivement que je dresse le bilan de mon déodorant !

Avantages :

  • Le prix : ce déodorant, qui m’a duré 2 mois au moins, ne m’a rien coûté, vu que j’avais tout en stock ! Si j’avais dû acheter les ingrédients, j’en aurai eu pour 10 euros mais avec une quantité d’ingrédients pour faire 4 déodorants. Rapporté au pot, cela revient à 2,50 euros. Plus qu’honorable !
  • Le côté écologique : quand le déodorant a été fini, j’ai juste eu à laver le pot à grandes eaux et je n’ai rien jeté ! C’est donc un produit zéro déchet par excellence.
  • L’efficacité : c’est sûrement ce que vous attendiez, et pour tout vous dire, moi aussi ! Juste bluffant ! C’est un déodorant d’une grande efficacité, je n’ai vraiment rien à redire là-dessus ! Il ne m’a jamais lâché et j’ai même été très surprise de voir que je n’avais pas perdu une goutte certains jours. A la fin de la journée, mes aisselles sentaient toujours la coco. Parfois, je re-massais le produit quand j’avais l’impression qu’il était revenu à la surface de la peau mais ce fut rare !
  • La facilité de préparation : le temps de réalisation est ridicule (moins de 5 minutes) pour un produit qu’on va garder des mois. Mêmes les débutantes en cosmétiques DIY vont s’en sortir ! Un bol, un fouet, un pot, le tour est joué !
  • La modularité : le fait que l’on puisse utiliser des huiles essentielles variées va permettre d’avoir un déodorant personnalisé selon ses humeurs. La prochaine fois, je tenterai aux agrumes ! Il est important de noter qu’on peut aussi ne pas mettre d’huiles essentielles si on y est sensible.
  • Le naturel : plus naturel que ce type de déodorant, je crois que ça n’existe pas (ou sinon l’huile de coco sans rien d’autre). Seul le bicarbonate est un composé plus chimique que les autres mais c’est peu nocif. Tout le reste est très naturel.

 

Inconvénients :

  • Les tâches : l’huile de coco n’est pas l’amie de nos vêtements blancs, hélas. Elle a tendance à leur donner des auréoles jaunes. Je ne porte pas souvent de blanc, mais je l’ai vu sur certains débardeurs clairs. Je n’ai rien noté sur le noir en revanche.
  • La tolérance : c’est là mon plus gros point noir du test. Mes aisselles très sensibles n’ont pas aimé le bicarbonate de soude, surtout que je suis sûre d’en avoir trop mis dans ma recette ! Au départ, je frottais allègrement le produit et ça finissait par me piquer fort. Même en faisant plus attention,  mes aisselles ont réagi parfois en grattant, en gonflant un peu, ce qui en soit n’a rien d’étonnant, le bicarbonate est un ingrédient abrasif et dans mon cas, ma peau est très très réactive. Il faut que j’arrive à avoir un produit moins concentré, je vais diminuer la quantité de bicarbonate pour la prochaine fois et passer à une seule cuillère à café (et bien contrôler cette fois). Je vais aussi m’en tenir à 2 gouttes d’huiles essentielles. Et j’espère que ça ira encore mieux !
  • L’efficacité : hé mais ho, allez-vous me dire, comment peux-tu la mettre à la fois dans les avantages et les inconvénients ? Je la mets davantage comme une question, parce que je n’ai pas encore testé ce déodorant par fortes chaleurs et que j’ai hâte de voir ce que cela va donner et si l’efficacité va être là ! A suivre donc !

 

Si vous avez des conseils à me donner pour réduire les deux inconvénients (surtout la tolérance), je suis preneuse. Dans l’ensemble, je suis contente de ce test, le produit m’a plutôt bluffé et je compte bien refaire des essais jusqu’à obtenir le produit parfait !


Quelles sont vos habitudes en matière de déodorants ? Etes-vous adeptes des recettes maison ? Si oui, quelle recette a votre préférence ? Avez-vous les aisselles fragiles comme moi et comment faites-vous pour en prendre soin ?

J’espère que cet article en mode retour complet d’expérience vous aura intéressé !

A très bientôt pour de nouvelles actus bio !

Logo2