Vous êtes-vous déjà demandé comment les autres vous voyaient ? Ce que nous disons, faisons, ce que nous défendons, ce en quoi nous croyons, tout ça forme une image de nous, que l’on peut lire à différents niveaux.

Après cette intro mystérieuse, quel va être le sujet du jour, me demanderez-vous ? Je me suis récemment interrogée en quoi le fait de consommer bio, de défendre une cosmétique plus naturelle, de militer en faveur de labels orientait la façon dont ceux qui me connaissent (ou pas !) me perçoivent. En discutant à droite et à gauche avec des amis et des proches, se dégagent des portraits robots, des caractéristiques types sur nous autres qui avons adopté une approche plus naturelle de la beauté et du mode de vie.

Alors, avec humour (et j’espère que cela vous fera sourire), j’ai trouvé rigolo de partager avec vous quelques profils que les gens associent aux biotystas de mon espèce ! Dérision et exagération, mode on !

 

Comment la société me voit : la gourou

freedom-864401_640

Tous les matins, je me lève avec le soleil pour faire quelques mouvements de yoga et réciter deux ou trois mantras, en consommant un jus de sureau bio que j’ai pressé moi-même. J’enduis ensuite ma longue chevelure d’un onguent mystérieux aux mille huiles précieuses avant de la baigner dans de l’eau de torrent. J’aime le patchouli à la folie, je suis forcément végétarienne, je cultive mon blé et je mange quantité de graines bizarres mais ultra nutritives. Je suis la gourou !

Ne souriez pas, je l’ai entendu ! La société nous associe très souvent aux communautés hippies et ce qu’il en reste, faisant un mélange ahurissant entre la culture baba cool, la culture indienne, l’ayurvéda, le yoga, la médecine chinoise et bien d’autres concepts basés sur la nature et son respect. Un superbe gloubiboulga, qui a pour conséquence fâcheuse de tout mélanger et nous tourner (un peu) en ridicule. Si la beauté naturelle peut s’inspirer de toutes les cultures, et si le mouvement bio part bien de certaines communautés dans le passé, au XXIème siècle, on peut très bien vivre le bio et le naturel sans adhérer à l’idéologie hippie qui peut aller avec. Je ne me sens absolument pas baba cool, si je respecte la façon de vivre de chacun, celle-là n’est pas la mienne. Je dirai qu’être biotysta pour moi, c’est d’abord vivre avec son temps, ne pas chercher à faire revivre le passé, sans négliger ce qu’il a pu nous apporter.

Ressemblance avec ce que je suis : 45%

 

Comment mes parents me voient : l’alchimiste

albert-einstein-1933340_640

Dans mes tubes à essai, dans une chambre secrète de mon bunker de scientifique, je mélange un peu de ceci, un peu de cela pour obtenir un précipité d’une couleur saumâtre, à l’odeur nauséabonde. Dans mon grimoire, je note tous les résultats de mes expériences, innovant sans cesse dans les créations et les associations d’ingrédients. Je garde jalousement mes recettes et mon grimoire se transmettra de mère en fille. Je suis l’alchimiste !

Je suis toujours amusée quand je vois ma mère regarder avec un peu de perplexité mes ingrédients naturels : « Et l’aloe vera, tu vas en faire quoi ? Et l’huile de jojoba, c’est pour la cuisson du poulet ?« . Heu, non, maman, ne touche pas, ça va péter ! Si les cosmétiques bio sont de plus en plus connus, la cosmétique naturelle véhicule encore pas mal d’idées reçues… et sûrement quelques craintes. Les ingrédients sont souvent mal connus, paraissent encore mystérieux et l’idée même que l’on peut concevoir sa cosmétique soi-même étonne encore. Pourtant, pas besoin d’être sorcier, quelques connaissances de base mais de surtout de sa peau suffisent à adopter très facilement une cosmétique un peu plus personnalisée mais simple.

Ressemblance avec ce que je suis : 65%

 

Comment mon copain me voit : la suspicieuse

sherlock-holmes-462957_640

L’œil rivé sur la liste des ingrédients, je suis la terreur des compositions. Je suis incollable sur le nom latin des plantes, et je repère plus vite que mon ombre les composants douteux et leurs usages. Aha, démasqués les sulfates, dehors les phenoxyethanol, par ici la lavandula angustifolia ! Je nage comme un poisson dans l’eau dans les INCI et leur traduction ! Je renifle, je flaire et je traque sans pitié les ingrédients qui ne rentrent pas dans mon cahier des charges. Par principe, tout le monde est suspect ! Je suis la suspicieuse !

Bon, alors j’avoue, je plaide coupable ! A force de lire la composition des produits de beauté et d’avoir en tête les substances sympas et les substances  plus polémiques (dans le bio aussi, hé oui !), on développe effectivement une certaine connaissance. Cela fait de nous des experts en décryptage d’étiquette et il n’est pas rare que mon copain me tente un produit pour que je lui valide la composition. Après, j’essaie de ne pas tomber dans la paranoïa, de tolérer certains ingrédients admis par les labels bio (même si…bon, parfois…) et une marque que j’aime aura ma confiance. Mais j’avoue garder une certaine méfiance, on ne se refait pas :).

Ressemblance avec ce que je suis : 90%

 

Comment mes collègues me voient : la fortunée

banknote-15801_640

Pour ma peau et mes soins de beauté, mon budget est illimité et je dépense sans compter. Alors forcément, je consomme des soins bio, formulés à base d’ingrédients hors de prix et précieux. Bien sûr, cela coûte une fortune et tout le monde ne peut pas s’offrir ce luxe parce que le bio n’est pas à la portée de toutes les bourses. Le bio, c’est une affaire d’élite et désolée pour ceux et celles qui n’ont pas les moyens. Moi, c’est ma priorité et je mets les sous qu’il faut. Je suis la fortunée !

Si vous lisez ce blog, est-il besoin de vous dire que c’est le portrait le plus fréquent qui ressort ??? Je sais que le bio a cette réputation sulfureuse d’inabordable, mais par les temps qui courent, et je vous le démontre le plus souvent possible, il est possible de consommer du bio et du naturel pour des prix raisonnables. Je ne dis pas que ces produits coûteront aussi peu cher que ce qu’on peut trouver en grandes surfaces, mais cela demande un effort bien moindre à qui voudrait se tourner vers ce mode de consommation, que cela soit de l’alimentaire ou de la beauté. Pour vous aider, deux articles sur mon blog sur des marques peu onéreuses et où acheter ces produits pour pas trop cher :

Avril

Benecos

Points de vente bio

La plupart du temps, les gens qui me traitent de fortunée parce que je consomme du bio n’en ont qu’une connaissance très superficielle et se réfèrent à des marques super connues mais qui ont le défaut de ne pas être bon marché non plus (Sanoflore, Dr Hauschka…des marques super mais plutôt haut de gamme). J’ai parfois l’impression que cela sert d’argument pour ne pas réfléchir à la consommation qu’on a. Je conçois très bien qu’on n’ait pas ENVIE de passer au bio au naturel, mais qu’on arrête de me dire que cela coûte toujours la peau des fesses et que c’est RÉSERVÉ aux gens qui gagnent bien leur vie parce que je sais qu’on peut consommer différemment sans se ruiner non plus (j’en ai des exemples autour de moi, surtout en cosmétique naturelle). Après, si on est passionnée de beauté, qu’on soit dans une démarche conventionnelle ou bio, vous connaissez la tentation 🙂 (*bruit de tirelire brisée*).

Ressemblance avec ce que je suis : 20%

 

ET LA RÉALITÉ DANS TOUT CA ?

Dans la réalité, je suis une personnalité multiple, tout comme vous. Je ne suis pas uniquement définie par ma consommation, mes valeurs me portent pour avancer dans ce monde, mais j’ai aussi mes contradictions. Un cliché sur patte ? Ben, pas vraiment ! Il me serait impossible de dresser un portrait robot de la biotysta que je suis aujourd’hui, qui est déjà différente de celle que j’étais hier. J’essaie de garder l’esprit ouvert, tout en restant quand même cohérente dans ma démarche et rien ne me plait plus que de partager mes découvertes.  Loin de vouloir vous « convertir », c’est d’abord informer et pousser votre curiosité qui me motive et me donne envie d’écrire. Vous n’êtes pas sur le même mode ? Tant pis, je vous accepte quand même :). Le monde est bien assez vaste pour que tout le monde puisse composer et se faire son propre petit univers, quitte à prendre le meilleur dans chaque sous-culture.

 


J’espère que cet article un peu différent de d’habitude vous aura plu ! A quel profil vous associe-t-on le plus ? Ou comment, vous, vous vous percevez ? Dites-moi vos pourcentages de ressemblance avec les portraits :).

Et si vous avez d’autres profils en tête, sur comment les autres voient les biotystas, partagez, on se prendra une bonne dose de bonne humeur ensemble :).

Je vous souhaite une excellente journée, à très bientôt pour de nouveaux articles.

Logo2

Publicités